A LA MEMOIRE D’ALEXANDRE RENAUD A SAINTE MERE EGLISE LE 8 OCTOBRE 2016

ALLOCUTION PRONONCEE PAR MADAME ELISABETH CAUBEL, DELEGUE REGIONALE NORMANDIE « ACSR-EX INVISBLES »   DEVANT LE MONUMENT ERIGE A LA MEMOIRE D’ALEXANDRE RENAUD A SAINTE MERE EGLISE LE 8 OCTOBRE 2016

Alexandre RENAUD est né le 1er novembre 1892 à Nantes.

Après une enfance à Legé aux confins de la Vendée et de la Loire Atlantique il entama de brillantes études de Pharmacie à Montpellier puis à Paris. Il reçut le Premier prix de thèse et obtint un Doctorat. Toutefois ses études furent interrompues par la guerre. Appelé de la classe 12, incorporé au 77ème RI, il s’illustra au cours de la bataille de la Marne, Ypres, Dixmude puis l’Artois et Verdun (Faites-vous tuer sur place, sous aucun prétexte n’abandonnez votre poste)

Puis la Champagne, la Somme, le Chemin des Dames. En 1917, sur le plateau de Craonne, après avoir été enseveli par un bombardement il est fait prisonnier. Il recevra la Croix de Guerre et trois Citations. Après l’Armistice, il reprend ses études et en 1923 s’installe à Saintes Mère Eglise.

Dès 1929 il siège au Conseil municipal et œuvre auprès des maires successifs pour le bien de tous (création de l’hospice…)

Le 18 juin 1940 les Allemands arrivent à Sainte Mère. Alexandre RENAUD qui parlait Allemand parvient à empêcher l’installation de mitrailleuses dans diverses maisons du bourg, évitant ainsi certainement des combats de rue désastreux pour la population. Il parviendra avec courage et ténacité à freiner à plusieurs reprises les exigences de l’occupant. Il eut plusieurs affrontements avec le Commandant ZIH mais le combattant de Verdun ne plia pas. On lui montra la branche de l’arbre où il serait pendu.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 ont lieu les premiers parachutages ainsi que le passage incessant des avions en rase motte.

Les civils du bourg et les soldats Allemands se trouvaient sur la place à cause d’un incendie. La lumière du brasier a fait des parachutistes des cibles faciles. Au matin alors que les balles sifflent et que tombent les obus, les civils tentent de se réfugier dans de profonds fossés.

Les Allemands submergés se replieront un peu plus tard dans le village de Fauville un peu plus au sud.

Monsieur RENAUD sauvera de la noyade un parachutiste canadien tombé dans le canal. Parlant parfaitement Anglais, pendant la journée du 6 juin, les semaines et les mois suivants, Alexandre RENAUD, Maire depuis 1943, se met à la disposition des Officiers US avec sa parfaite connaissance de la région.

Sa grande aide lui a fait garder des relations d’Amitié avec les Généraux EISENHOWER, RIDWAY, TAYLOR et bien d’autres Officiers.

Mais aussi il aida sans relâche ses concitoyens dans ces jours terribles – donner une sépulture décente aux morts – répartir équitablement les vivres.

Après la Libération il s’employa à organiser chaque 6 juin de grandioses cérémonies, qui bien entendu perdurent.

Connu aux USA comme le «Maire du 6 juin» il reçut la « Medal of Freedom », fut fait Citoyen d’honneur de New-York, San Francisco, Charleston, Sacramento. Et lors d’un voyage triomphal aux USA en 1963 il fut célébré par les généraux mais aussi de simples Sergents comme John STEELE (parachutiste resté accroché au clocher de l’église de Sainte Mère la nuit du débarquement. Il publia aussi, quelques mois après les faits, le premier livre sur le débarquement.

Et son personnage joué par Georges WILSON fait partie des Héros du film « Le jour le plus long)

Le temps a fait son œuvre habituelle mais Sainte Mère Eglise reste la ville souvenir des Américains, comme elle représentait pour eux le cœur de la France délivrée.

Une Gerbe a ensuite été déposée par le Président de L’association, Monsieur Michel JUDDE,  Madame Elisabeth CAUBEL et Monsieur Henri-Jean RENAUD.

Madame Elisabeth CAUBEL s’est ensuite adressée plus particulièrement à Monsieur Henri-Jean RENAUD fils d’Alexandre RENAUD,  qui a honoré de sa présence cette cérémonie, en particulier, en raison de la très longue amitié de son père avec le Grand-père de Madame CAUBEL, Claude de CLAMORGAN,  camarade de combat de toute la première Guerre mondiale et ami Fidèle.

Monsieur Claude de CLAMORGAN fut au nombre de ceux qui prononcèrent l’éloge funèbre de Monsieur Alexandre RENAUD en 1966.