HISTOIRE DE LA FRANCE LIBRE : Les Aviateurs entendent l’appel du 18 Juin 1940

 

 

Histoire de la France Libre

 Le 18 juin 1940, parti de Bordeaux la veille, le général de Gaulle allait prononcer cet Appel à poursuivre la lutte contre l’occupant nazi, qui allait marquer à jamais l’Histoire de cette Seconde guerre mondiale et du XXe siècle dans son ensemble.

Très peu entendirent ce jour-là cet Appel, mais l’information se répandit toutefois, comme une traînée de poudre, parmi des milliers de jeunes soldats français, prêts à mener le combat contre les armées hitlériennes.

Parmi eux, des dizaines d’aviateurs qui, bravant tous les dangers, rejoignirent l’Angleterre dans les jours qui suivirent ce 18 juin 1940. Une poignée d’entre eux participèrent à cette bataille historique qui se préparait, à savoir la bataille d’Angleterre. Une bataille aérienne opposant la Royal Air Force à la Luftwaffe d’Hitler.

Ils se nommaient René Mouchotte, Henry Lafont, Xavier de Montbron, François de Labouchère, Didier Beghin, Pierre Blaize, Yves Brière, Henri Bouquillard, Maurice Choron, Jean Demozay, François Fayolle, Georges Perrin et Philippe de Scitiviaux. Tous avaient répondu à l’Appel du général de Gaulle et voulaient poursuivre la lutte contre la menace nazie dans le ciel anglais. Une grande partie d’entre eux y laissa la vie et ne vit pas la victoire.

L’un d’entre eux, René Mouchotte, qui allait devenir la figure emblématique de la France Libre, était né à Saint-Mandé en 1914 et s’était passionné très tôt pour l’aviation, apprenant à piloter dès ses 18 ans. Ce fut tout naturellement qu’il accomplit ses obligations militaires au sein de l’armée de l’Air, sur la base aérienne d’Istres.

En mai 1940, alors que la Bataille de France était engagée, il avait été envoyé à Oran, en Algérie, bien loin des combats.

 Le 17 juin, alors que le maréchal Pétain appelait à cesser le combat, Mouchotte refusant la défaite avait décidé, coûte que coûte, de continuer le combat en rejoignant l’Angleterre. Et, à l’aube du 30 juin 1940, avec 5 camarades, dont ses amis Charles Guérin et Henry Lafont, il avait décollé d’Oran pour Gibraltar et la Grande-Bretagne aux commandes d’un bimoteur Goéland.

Excellent pilote, il allait devenir très rapidement un véritable meneur d’hommes et un chef remarquable, au sein des Forces aériennes françaises libres (FAFL) et de la Royal Air Force (RAF).

 Au début de l’année 1943, on lui avait confié le commandement du Groupe de Chasse « Alsace » des FAFL, Squadron 341 de la RAF, qui allait se couvrir de gloire sur la célèbre base aérienne de  Biggin Hill, près de Londres. 

 Le 27 août 1943, il disparaissait en combat aérien à la tête de ses pilotes, dans le ciel de la France occupée.

 Compagnon de la Libération, le commandant René Mouchotte totalisait 408 missions de guerre, dont 141 avec le groupe de chasse « Alsace », et 1743 heures de vol.

 Son corps fut retrouvé sur la plage de Westende, hameau balnéaire de  la commune de Middelkerke, en Belgique, le 3 septembre 1943. Identifié seulement en mars 1949, il avait alors été inhumé au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

 

Le commandant Réné Mouchotte des Forces aériennes françaises libres (FAFL)