18/19 Décembre 1941 : Luigi Durand de la Penne a été l’ acteur d’une action Prestigieuse de la DECIMA MAS (Moyens d’Assaut de surface ou Sous-Marins)

Les Hommes Torpilles

                                          

Durant la deuxième guerre mondiale, les nageurs de combat italiens sont regroupés dans une unité appelée « Decima MAS » dont la devise est « Memento Audere Semper » qui veut dire « Souviens-toi toujours d’oser »

En créant cette prestigieuse unité  MUSSOLINI décide d’utiliser des armes navales  nouvelles comme les torpilles pilotées (maïalï) ainsi que les canots explosifs (barchini).

 Ces torpilles pilotées, comme un véhicule munis d’un volant sont chevauchées par un ou deux nageurs de combat. Alors que les barques (barquini), chargées d’explosifs, sont conduites par un homme qui doit sauter au dernier moment juste avant l’impact sur la cible choisie.

Placée sous le commandement du prince Valerio Borghese la Decima MAS va être d’une redoutable efficacité et les bâtiments de la Royal Navy (marine Britannique) vont en faire, dans la nuit du 18 au 19 décembre 1941, la terrible expérience.

Lorsque les hostilités éclatent, entre la Grèce et l’Italie le 28 août 1940, les Anglais utilisent de nombreux mouillages dans ces pays afin d’intercepter les convois Italiens.

Donc dans la nuit du 18 au 19 décembre 1941, un sous-marin Italien, le « Sciré » qui transporte des « maïalï » dans la nuit sombre, le prince Borghese, scrute à travers le périscope du « Sciré », les lumières du port d’Alexandrie. Puis il rentre le périscope du sous-marin, donne l’ordre de plongée, là les fonds sont peu profond.  Le sous-marin se pose sur le fond à 15 mètres  et attend. Le commandant prépare la mission. Les six hommes composant les équipages « maïalï » sont mis à l’eau et enfourchent leurs engins. Les hommes torpilles se glissent entre les bateaux  de la « Royal Navy » chargées de la protection de la passe.  Il leur reste à pénétrer dans le port dont l’entrée est protégée par un filet.

Tels des loups pénétrant dans une bergerie, les hommes-torpille, se frayant un passage entre les bateaux, choisissent leur proie. L’Enseigne de Vaisseau Luigi Durand de la Penne conduit le groupe des Trois « maïalï »

Le cuirassé « Valiant », le « Queen Elisabeth », qui porte la marque de l’Amiral Cunninghan et un pétroliers sont choisis. Ils appartiennent à la force B de la Royal Navy. L’un des équipages des « maïalï » est conduit par Durand de la Pene (second du prince Borghese) –  Le marquis italien Luigi Durand de la Penne est diplômé de l’Istituto Nautico San Giorgio dans sa ville natale de Gênes, puis effectue un stage de formation pour les aspirants officiers à l’Académie navale de Livourne. En 1935, il sert dans la 6e flottille MAS à « La Spezia ».

Lors de cette mission il va connaître des difficultés avec son engin. Un câble en acier s’étant enroulé autour de l’hélice, après de nombreux effort pour dégager l’appareil il parvint à mettre sa torpille sous la coque du « Valiant », puis épuisé, il remonte à la surface rejoindre son co-équipier Emilio Bianchi. Mais les sentinelles du «Vaillant » les aperçoivent et donnent l’alerte.

Ils sont fait prisonniers et remontés sur le « Valiant . Devant leur mutisme, les Anglais les mettent à fond de cale près de la soute à munitions là où ils ont placé leur « maïalï ». Ils ont tout de même révélé l’imminence du danger ce qui permit l’évacuation du bâtiment.  Quand l’explosion se produit, il est projeté hors de sa prison, sans autre dommage que quelques contusions. Tous deux blessés par l’explosion ont survécu.

Puis le « Valiant » prend de la gite, suivi de l’explosion du « Queen Elisabeth » et du pétrolier « Sagona ».

Pour cette action, Luigi Durand de la Penne a reçu la Médaille de la valeur militaire, la plus haute décoration militaire italienne attribuée pour la vaillance « face à l’ennemi ». En mai 1945, à la fin de la guerre, l’amiral Charles Morgan, qui était le capitaine du « Vaillant » au moment de l’attaque d’Alexandrie a voulu lui-même lui remettre la médaille, lors d’une cérémonie à Taranto.

Après l’Armistice de Cassibile du 8 septembre 1943, Luigi Durand de la Penne rejoint le camp allié. Libéré de prison et il reprend du service comme homme-grenouille. Le 22 juin 1944, il participe à une opération conjointe italo-britannique contre les allemands. Une équipe formée de plongeurs britanniques et italiens est transportée par le destroyer italien « Grecale » pour effectuer une attaque au port de La Spezia, à l’époque aux mains des forces allemandes, coulant les croiseurs « Gorizia » et « Bolzano », bloquant ainsi l’entrée du port.

Bibliographie et sources :

Les vérités cachées de la seconde guerre mondiale 

  • Wikipedia
  • Dominique Lormier
  • Les sous-marins Italien en 39-45 – René Marin
  • Les opérations commando de la seconde guerre mondiale – Dominique Lormier
  • Remerciements à Charles Coste

Rédacteur : Yves Fournier